Menu

poème :
souvenirs d'un amour

Un joli poème pour toi !

Juste pour te dire
que tu occupes mes pensées,
juste pour te faire plaisir
et ensoleiller ta journée.



laissez-vous séduire par ce beau poème d'amour


   
SOUVENIRS D'UN AMOUR
Toi qui est si loin de moi
A quand reviendras
Ce beau jour
Ou nous referons l'amour
Le vrai, le grand, le magnifique
Impossible de te toucher
De savoir ou tu es caché
De sentir tes doigts me frôler
Qui viendrait caresser mon corps
Tes savoureux baisers
Qui viennent se poser
A chacune de nos rencontres
Ces quelques instants volés
A notre destin futur ou passé
S'écoulèrent trop vite
Surpris par la vitesse de l'heure
Il fallait que tu partes en un temps record
Rejoindre ton quotidien
En me laissant le coeur
Rempli de bonheur
D'un espoir de te revoir
De pouvoir à nouveau
Avoir droit à ton regard fascinant
Se fixer sur ma peau
Pour me faire frissonner
Comme si le vent glacé venait de souffler
J'aimais tes doux sensuels baisers
Que tu venais déposer
Dans mon cou, sur ma bouche
Sans oublier mes seins
Et tes mains qui parcouraient mes reins
Ton adorable parfum
Venait se confondre au mien
Nous ne faisions plus qu'un
De ta gracieuse et tendre voix
Quelle soit enchanteresse, envoûtante
Ou bien encore  ensorcelante
Tu me disais tout bas
Les paroles subtiles, sublimes
Qui font que tout chavire
Que le sang ne fait qu'un tour
Qu'il ne bat plus sans amour
Les mots qui fusaient de ta bouche
Laissant apparaître ton exquis sourire
Réagissaient dans mon âme
Comme une tornade qui s'enflamme
Sous les effets des je t'aime
Je n'avais plus pieds
Je me sentais voler
A en perdre tous mes moyens
Que j'en oubliais si c'était le soir ou matin
Lorsque tu m'entourais de tes bras
Lorsque je sentais ta chaleur en moi
Tous ces gestes tendres, charmants
Me manque terriblement
Ta démarche élégante
Toujours nonchalante
Me captivait, j'étais sous adoration
Oh toi ma grande passion
A quand aurais je droit à nouveau
A ce magnifique cadeau
Qui n'est d'autre que toi
Mon ami intime
Que je couvre des milliers de fois
D'affriolantes étreintes
- Sylvie -

 

Précédent   Sommaire   Suivant